(MINUS) JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES

On est le 8 mars et aujourd’hui, on célèbre la Journée Internationale des Droits des Femmes (même si ça devrait être tous les jours, on est bien d’accord !).
Pour l’occasion, on vous propose une série de 4 silhouettes issues de notre Bloc-Note « Habillez-moi vite » à dessiner ! Mais attention, pour le 8 mars, nos silhouettes ne veulent pas de promotions sur des rouges à lèvres ou qu’on leur offre des fleurs : elles veulent casser les clichés sexistes liés aux métiers et les revendiquent haut et fort !

Pirate, présidente de la République ou joueuse de foot, ici les femmes font tout ce qu’elles veulent !
À télécharger ici :
Silhouettes

(MINUS) DEVIENS PRÉSIDENT À TON TOUR !

Le résultat des élections c’est dimanche…
À toi la parole, à toi de jouer pour apporter de nouvelles supers idées dans ta maison ou à l’école !
Tu n’as pas encore 18 ans pour voter ? Ne t’en fais pas tu peux inventer ta propre élection auprès de ta famille et de tes amis !
Pour cela tu n’as qu’à télécharger les bulletins de vote Minus, c’est par ici !

Tu pourras alors mener ton élection, et entre nous il n’y a pas d’âge pour avoir de bonnes idées !

Si tu veux en apprendre plus sur la politique, retrouve notre petit cahier « Ah si j’étais président ! » sur notre site ici : Ah si j’étais Président !

(DIY) LE PUZZLE DU MONDE !


Quoi de mieux pour occuper un mercredi après-midi ensemble qu’un puzzle joli et ludique à compléter ensemble ? C’est ce qu’on vous propose aujourd’hui dans une activité mi-goodies mi-DIY : le puzzle du monde !

Une jolie carte du monde pour mieux comprendre les continents, les océans, la nature et même les animaux ! Tout en apprenant des basiques de géographie, amusez-vous à placer ensemble les animaux et les monuments, et même en créer vous-même ! Un bon moyen de passer un mercredi en famille tout en voyageant 🙂

Pour cela, il vous faudra :
– imprimer nos 6 fichiers que vous retrouverez ci-dessous
– du carton plume taille A2 (dans tous vos magasins de loisirs créatifs !)
– des cure-dents
– de la colle (de préférence en bombe repositionnable)
– un très bon cutter

1. Téléchargez nos 6 fichiers ici au format A4 en sélectionnant l’option Ajuster !
2. Découpez
3. Collez les 4 parties de la carte sur votre carton plume et attendez quelques minutes que la colle sèche
4. Découpez au cutter en suivant les traits
5. Mélangez et laissez votre enfant reconstituer la carte du monde !
6. Pour les animaux et les monuments : un petit morceau de scotch à l’arrière, un cure-dents et le tour est joué !

N’hésitez pas à partager vos photos avec nous et nous dire si vous voulez retrouver plus de monuments, d’animaux ou encore plein d’autres choses !

(COUPS DE ♡) LES CULOTTÉES – PÉNÉLOPE BAGIEU

Est-ce qu’il y avait un meilleur jour que le 8 mars et la Journée Internationale de Lutte pour les Droits des Femmes pour vous parler des « Culottées » de la super Pénélope Bagieu ?

Initialement publiés sur un blog du journal Le Monde, ces portraits sous forme de bande dessinée présentent le destin de 30 femmes hors du commun, qui ont choisi de braver l’injustice, la censure, la société, la maladie ou leurs peurs pour transformer leur destin ! Pénélope Bagieu réussit à insuffler de l’humour et de l’émotion dans ces petites histoires, et surtout nous présente des femmes venues de partout ! Alors qu’on lit les exploits de femmes plutôt connues (Peggy Guggenheim ou Joséphine Baker), on se surprend à découvrir des impératrices chinoises ou des guerrières chamanes dont on ne parle que trop rarement.

Alors un grand bravo à Pénélope Bagieu, à toutes les femmes qui luttent partout dans le monde pour leur destin et à vous toutes pour être aussi merveilleuses et formidables chaque jour. Il y a encore du chemin à parcourir mais ces 30 femmes modèles nous prouvent que tout est possible !

(MINUS) JOYEUSE FÊTE DES GRANDS-MÈRES !

Dimanche, c’est déjà la fête des grands-mères et on en profite pour souhaiter une excellente fête à toutes les grands-mères !

Qu’est-ce qu’on ferait sans elles ? Toujours là pour glisser un bonbon dans la poche, nous donner des conseils plein de sagesse ou garder les enfants un samedi soir, les grands-mères sont formidables ! Il n’y pas de jour pour leur dire qu’on les aime, mais ce dimanche 5 mars est une belle occasion de le faire !
D’ailleurs, connaissez-vous l’origine de la fête des grands-mères ? C’est une invention de la marque de café Grand-Mère qui est née à… Roubaix ! Pas très loin de chez nous !

Pour créer du lien entre grands-parents et petits-enfants, on tenait à profiter de cette jolie fête pour vous présenter notre Grand Minus « Papi, mamie et moi ». Un cahier d’activités à faire ensemble, assis confortablement dans le canapé. « Est-ce que c’était vraiment mieux avant ? », « tu jouais à quoi dans la cour de récré ? », « est-ce qu’il y avait des dinosaures quand tu étais petit ? »… Des tas de questions pour apprendre à connaître ses grands-parents, écouter toutes leurs histoires fascinantes et faire comprendre à votre enfant qu’avant que papi soit papi ou que mamie soit mamie, ils ont d’abord été… des enfants aussi !

Retrouvez-le sur notre site (ici) ou dans l’un de nos points de vente (ici) !

Et en avant-goût, voici quelques pages pré-remplies !

(COUPS DE ♡) COMMENT FÉLICITER VOS ENFANTS POUR STIMULER LEUR SENS DE L’EFFORT ?

Et si on vous disait que vous pouviez augmenter les chances d’épanouissement de vos enfants en changeant de façon très simple la façon dont
vous les félicitez ?

C’est l’objet du travail de Carol Dweck, professeure de psychologie à l’université de Stanford, auquel le magazine en ligne Inc a consacré un article il y a quelques mois. Article qui nous a interpellées ! Nous vous proposons donc ici un petit résumé de l’article (initialement en anglais) dont vous pourrez trouver le lien en bas de page.

Cet article, basé sur deux études toutes deux menées par Carol Dweck, démarre avec les affirmations suivantes :

– Féliciter ses enfants sur leurs aptitudes innées telles que leur intelligence les rend en réalité moins heureux à l’idée d’apprendre et de réussir
– Féliciter ses enfants sur leurs stratégies et les moyens qu’ils ont employés pour résoudre un problème — même s’ils n’y sont pas totalement parvenus — les rend plus désireux d’essayer encore et encore à surmonter des difficultés en tout genre !

Cela voudrait donc dire que tous ces experts qui nous ont répété d’encenser nos enfants quoi qu’il arrive et de leur répéter qu’ils sont les meilleurs avaient tout faux ? Menons l’enquête !

Mais alors sur quoi repose cette étude ? Principalement sur l’opposition entre deux états d’esprit dans lesquels l’enfant est conditionné : le « fixed mindset » et le « growth mindset », littéralement « l’état d’esprit fixe » et « l’état d’esprit croissant ».

L’état d’esprit fixe et l’état d’esprit croissant

Dans le langage de la psychologie du développement, l’état d’esprit fixe désigne la croyance que certaines capacités telles que l’intelligence ou le talent sont quasiment toutes innées. L’individu est soit né avec ces aptitudes, soit ne l’est pas et a de très faibles chances de les développer un jour. Au contraire, l’état d’esprit croissant est basé sur la conviction d’une réussite (on parle ici de réussite intellectuelle, d’accomplissement) grâce à l’effort, et que l’intelligence et les aptitudes peuvent être développées au fil du temps. Si l’on prend l’exemple d’Albert Einstein, une personne avec un état d’esprit fixe dira « Albert Einstein était brillant » alors qu’une personne à l’état d’esprit croissant dira qu’il a réussi à résoudre des problèmes d’une incroyable difficulté.
L’écrivain Angie Aker résume d’ailleurs le travail de Carol Dweck en disant : « Félicitez vos enfants explicitement pour leur capacité à apprendre plutôt que pour leur intelligence naturelle ».

Expérience #1

Pour appuyer ses recherches, Carol Dweck a décidé d’interroger 373 élèves de 5ème afin d’identifier ceux qui faisaient preuve d’un état d’esprit fixe et ceux qui au contraire manifestaient un état d’esprit croissant. Elle, et son équipe, les ont ensuite suivis durant deux ans (depuis le début de la 5ème jusqu’à la fin de la 4ème) afin d’observer les différences entre eux. A la fin de la première année, leurs notes, dit-elle, ont complètement divergé et ont suivi la même courbe jusqu’à la fin de l’expérience. Comme on pouvait s’y attendre, ceux qui montraient un état d’esprit croissant ont réussi à accomplir plus de choses que leurs camarades à l’état d’esprit fixe.

Dweck a ensuite dressé plusieurs différences clé parmi ces deux groupes d’élèves :

• Les buts

Les élèves avec un état d’esprit fixe avaient un seul but en tête « paraître intelligent à tout prix ». Ce qui signifiait ici éviter toute tâche qui aurait pu montrer qu’ils n’étaient pas aussi intelligents que ce qu’ils pensaient.

Les élèves avec un état d’esprit croissants eux, ne se préoccupaient pas vraiment du fait que leurs erreurs soient montrées aux autres ; ils voyaient plutôt cela comme quelque chose d’inévitable et dont il ne fallait pas avoir honte, car leur but était « d’apprendre à tout prix ».

• Les réactions face à l’effort et à l’échec

Les élèves avec un état d’esprit fixe voyaient l’effort et l’échec comme une mauvaise chose, car le seul fait que quelqu’un ait à travailler dur pour quelque chose signifiait qu’elle n’était pas innée chez lui. Les élèves à l’état d’esprit croissant eux, voyaient l’effort comme quelque chose de requis et d’essentiel pour débloquer une compétence.

Dweck ajoute que voir l’effort comme une mauvaise chose « est l’une des pires croyances que l’on puisse avoir ».

• L’ennui et la difficulté

Les élèves avec un état d’esprit fixe se montraient plus à même de se plaindre de l’ennui à l’école. Ils semblaient entrer dans un cycle où ils utilisaient l’ennui comme un prétexte pour ne pas essayer de faire des choses qui leur semblaient difficiles.

Les élèves avec un état d’esprit croissant voyaient les activités scolaires comme une série de défis à relever. Ils étaient également moins enclins à blâmer leurs professeurs, leurs cours ou tout autre facteur externe en cas de difficulté de leur part.

Expérience #2

Nous venons de voir quels pouvaient être les avantages d’un état d’esprit croissant face à un état d’esprit fixe, mais comment faire pour développer cela chez son enfant ? Heureusement pour nous, Carol Dweck a mené une seconde expérience à cet effet.

Elle a divisé un groupe d’enfants de 11 ans en 3 groupes et leur a donné un test d’intelligence plutôt facile mais adapté à leur âge. A la fin du test, elle a félicité chaque groupe d’enfants d’une façon différente.

Le premier groupe, pour leur intelligence innée.
Le deuxième groupe, pour la manière dont ils ont réussi à résoudre le test
Le troisième groupe, d’avoir réussi le test mais sans mentionner leur intelligence ni leur stratégie.

Les résultats ? Les enfants qui ont été félicités pour leur intelligence innée ont développé un état d’esprit fixe, alors que ceux qui ont été félicités pour leurs efforts et la manière dont ils ont résolu les problèmes ont développé un état d’esprit croissant. Dweck a même constaté qu’encenser leur intelligence coupait aux enfants toute envie d’apprendre davantage.

Alors pensons-y, et la prochaine fois au dîner, au lieu de demander à nos enfants comment s’est passée leur journée à l’école, demandons-leur plutôt de partager une situation où ils ont du faire un effort pour accomplir quelque chose… et partagez également une histoire avec eux !

Si vous souhaitez approfondir la lecture, l’article original est disponible ici :
http://www.inc.com/bill-murphy-jr/want-to-raise-successful-kids-science-says-praise-them-like-this-most-parents-do.html

(GOODIES) POUR VOS SOIRÉES CRÊPES !

Voilà, on y est, le plus beau jour de l’année est arrivé : c’est la Chandeleur. Une occasion d’oublier toutes les bonnes résolutions diététiques du 1er janvier (qui a dit qu’on arrêtait la chantilly ? pas nous) et de se retrouver tous ensemble autour d’un dîner-goûter !

Pour égayer encore plus la table, on vous propose une planche de drapeaux à imprimer et à venir coller sur des brochettes ou cure-dents. Une bonne manière d’apporter un peu plus de couleurs et de rires à votre soirée, d’assumer vos préférences (ne vous battez pas pour le drapeau chocolat) et surtout… de profiter de nos fantastiques jeux de mots !

Pour télécharger les drapeaux : cliquez ici
Et passez une excellente Chandeleur (nous c’est déjà fait, on allait pas gâcher !)

(COUPS DE ♡) CUISTAX

Savez-vous ce qu’est un fanzine ? Objet imprimé aux mille facettes, le fanzine est une publication complètement indépendante créée par des passionnés sur des sujets variés. Né de la philosophie « do it yourself » (ou DIY pour les intimes), ces petites revues imprimées avec les moyens du bord ont connu leur apogée durant le mouvement punk, où elles servaient d’outils de contestation politique ou de média culturel alternatif. Aujourd’hui, le fanzine persiste et traite de mille et un sujets : musique, auto publication d’artistes et même… enfants ! C’est ce qu’a choisi de faire le collectif bruxellois CUISTAX, dont nous avons choisi de vous parler aujourd’hui !

CUISTAX se présente comme un fanzine d’illustration bilingue (français/néerlandais) à destination des enfants, mais pas que. Lancé par les illustratrices Fanny Dreyer et Chloé Perarnau (cliquez sur leurs noms pour voir leurs portfolio, ce sont des sucreries pour les yeux !), ils comportent une trentaine de pages et proposent aux enfants des petites histoires, des jeux, des recettes et des illustrations aux couleurs minimalistes puisque chaque numéro est imprimé en deux couleurs, à l’aide d’un risographe (version automatisée d’une machine de sérigraphie). Un bel objet artisanal, frais et intelligent, à découvrir au plus vite !

Quel est le point commun entre Cuistax et Minus ? Nous avons tous deux réalisé un carnet du spectateur destiné aux enfants ! Le nôtre est destiné à la Métropole Européenne Lilloise et est distribué gratuitement aux enfants de la métropole avant la découverte d’un spectacle vivant sur simple demande. Le leur s’appelle Poursuite, et c’est une commande du Centre Culturel du Brabant Wallon (Belgique), disponible auprès des centres culturels de la région. Et comme tout ce que fait Cuistax : il est superbe !

Un énorme merci à Fanny Dreyer pour avoir répondu à nos questions et pour nous avoir ouvert les portes de son atelier à Bruxelles !

 

BIENVENUE !

Bienvenue chez Minus !

Pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas, petite présentation : nous sommes une maison d’édition lilloise créée en 2012 (le temps passe vite !) par Alexandra et Julie, auxquelles se sont ensuite ajoutées Eva et Lauren ! Notre spécialité ? Les cahiers d’activités, sous toutes leurs formes ! Pour créer de l’échange entre mère et fille, ou entre grands-parents et petits enfants. Ou même pour découvrir la poésie, la politique, la nature, l’amour ou les araignées. Tout ça dans un seul et même but : faire du lien !

Et c’est un peu le but de ce blog aussi. Continuer l’expérience Minus, trouver des nouvelles manières de se retrouver et partager en famille et découvrir des tas de choses ! Chaque semaine, nous publierons un article dans une des catégories suivantes :

MINUS : notre actualité, nos produits mis en scène, des petits tests, et une plongée dans les coulisses Minus !
DIY : de l’anglais « do it yourself » (« faites-le vous même »), des tas d’idées de choses à réaliser ensemble avec les moyens du bord
GOODIES : des petits cadeaux imprimables de nous à vous pour chaque évènement de l’année ou juste pour habiller votre ordinateur/téléphone
COUPS DE ♡ : des livres, des endroits, des articles, des boutiques… tout ce qui nous enchante et qu’on souhaite partager avec vous !
RENCONTRE : tous les mois, une maman, un papa, des parents et leur relation avec leur(s) enfant(s) parce que tout le monde est une source d’inspiration !

N’hésitez pas à liker notre page Facebook ou à vous abonner à notre Instagram pour ne rien rater.