(COUPS DE ♡) INVENTIONS – AXELLE DOPPELT


Vous l’avez peut-être deviné, le vendredi on adore vous faire découvrir nos coups de coeur imprimés !

Cette semaine : Inventions d’Axelle Doppelt !
De la préhistoire à l’époque moderne, ce livre propose de découvrir et comprendre les inventions qui ont révolutionné notre société à travers 18 pop-ups complètement hypnotisants ! À travers des illustrations pleines de peps, et des explications claires, Inventions invite à l’expérimentation et à la discussion, et vous savez bien que c’est tout ce qu’on aime ! 🙂



(MINUS) AH SI J’ÉTAIS PRÉSIDENT !

Aïe, tout le monde ne parle plus que de ça : les élections présidentielles approchent ! À force d’entendre les mêmes mots partout, votre enfant doit commencer à vous harceler de questions. C’est quoi la droite ? C’est qui la gauche ? Un gouvernement, ça sert à quoi ? Et régime, ce n’est pas juste quelque chose qu’on fait avant l’été ?

Notre petit carnet Ah si j’étais Président tombe à pic ! Toujours dans une approche ludique et amusante, il propose à l’enfant de créer son propre pays, son drapeau et sa carte d’identité, puis de choisir son régime politique. Plutôt despote ou socialiste dans l’âme ? À lui de le découvrir à travers plusieurs questions et activités !
Puis, une fois son programme au point, il pourra enfin réaliser son affiche de campagne, créer son gouvernement et même organiser un vote !

Et puis quand on voit le cirque de la politique actuelle, on se dit qu’il n’est jamais trop tôt pour commencer à former les politiciennes et les politiciens de demain ! 😉

Pour vous donner une petite idée, on a décidé de remplir quelques pages nous-même, parce qu’il n’y a pas d’âge pour la politique !
Retrouvez Ah si j’étais Président sur notre site marchand ici ou dans la plupart de nos points de vente (ici) !



(MINUS) CAP SUR MA VILLE !

Suite à notre article sur le Carnet du Spectateur, vous avez été nombreuses et nombreux à nous envoyer des messages adorables pour nous dire à quel point vous aimiez l’initiative ! Et nous avons été très touchées !

Alors aujourd’hui, nous avons décidé de mettre en lumière une autre de nos collaborations avec la Ville de Roubaix : Cap sur ma ville, un carnet d’explorateur !

Suite au succès de notre Carnet du Spectateur, la Ville de Roubaix a refait appel à nous pour développer un nouveau carnet. Roubaix, labellisée ville d’art et d’histoire, souhaitait renforcer le sentiment d’appartenance des jeunes à leur ville. C’est vrai que quand on passe tous les jours au même endroit, on finit par ne plus rien voir du tout !
Voilà pourquoi nous avons décidé d’axer ce cahier d’activités sur l’observation !
L’enfant choisit un trajet qu’il emprunte régulièrement et part à la chasse aux trésors : graffiti insolites, passants rigolos, bâtiments design ou biscornus, commerces, travaux, ambiance. A travers des jeux et des questions ludiques, l’enfant chemine et apprend à regarder sa ville autrement en transcrivant ses découvertes dans son cahier.

Après l’observation, place à l’imaginaire. Notre explorateur est amené à s’interroger sur qu’il changerait pour faire de son quartier, un endroit idéal. Une façon originale de se frotter aux problématiques d’urbanisme.

Le cahier se clôture sur un échange parents-enfants. L’enfant enquête sur le lien qui le rattache, lui et sa famille, à Roubaix. Une manière amusante de se plonger dans ses racines !

Tout comme le Carnet du Spectateur, ce cahier s’adresse aux enseignants et à leurs classes. Il n’est pas à vendre sur notre site mais il est disponible gratuitement auprès de la Mairie de Roubaix.
Retrouvez toutes nos autres collaborations ici !


 

(COUPS DE ♡) LES CULOTTÉES – PÉNÉLOPE BAGIEU

Est-ce qu’il y avait un meilleur jour que le 8 mars et la Journée Internationale de Lutte pour les Droits des Femmes pour vous parler des « Culottées » de la super Pénélope Bagieu ?

Initialement publiés sur un blog du journal Le Monde, ces portraits sous forme de bande dessinée présentent le destin de 30 femmes hors du commun, qui ont choisi de braver l’injustice, la censure, la société, la maladie ou leurs peurs pour transformer leur destin ! Pénélope Bagieu réussit à insuffler de l’humour et de l’émotion dans ces petites histoires, et surtout nous présente des femmes venues de partout ! Alors qu’on lit les exploits de femmes plutôt connues (Peggy Guggenheim ou Joséphine Baker), on se surprend à découvrir des impératrices chinoises ou des guerrières chamanes dont on ne parle que trop rarement.

Alors un grand bravo à Pénélope Bagieu, à toutes les femmes qui luttent partout dans le monde pour leur destin et à vous toutes pour être aussi merveilleuses et formidables chaque jour. Il y a encore du chemin à parcourir mais ces 30 femmes modèles nous prouvent que tout est possible !

(MINUS) QUE LE SPECTALE COMMENCE !

Est-ce qu’on vous a déjà parlé de nos super collaborations ?
Régulièrement, nous avons la chance d’être choisies par de chouettes marques, institutions ou assocations pour élaborer un ouvrage en collaboration avec eux. Cette semaine, on vous présente notre Carnet du Spectateur !

En 2015, la Ville de Roubaix nous commande un cahier d’activités sur le thème du spectacle vivant destiné aux 6-12 ans afin de leur permettre d’appréhender les spectacles vivants qu’ils sont amenés à voir, de les décrypter et d’exprimer les émotions qu’ils ressentent. Et c’est un tel succès que la Métropole Européenne Lilloise décide d’étendre le projet à toute la métropole !

Ce cahier, à la fois support pédagogique et outil ludique, est distribué gratuitement chez les partenaires culturels de la Métropole Lilloise !
Retrouvez toutes nos collaborations sur notre site ! (ici)

(MINUS) JOYEUSE FÊTE DES GRANDS-MÈRES !

Dimanche, c’est déjà la fête des grands-mères et on en profite pour souhaiter une excellente fête à toutes les grands-mères !

Qu’est-ce qu’on ferait sans elles ? Toujours là pour glisser un bonbon dans la poche, nous donner des conseils plein de sagesse ou garder les enfants un samedi soir, les grands-mères sont formidables ! Il n’y pas de jour pour leur dire qu’on les aime, mais ce dimanche 5 mars est une belle occasion de le faire !
D’ailleurs, connaissez-vous l’origine de la fête des grands-mères ? C’est une invention de la marque de café Grand-Mère qui est née à… Roubaix ! Pas très loin de chez nous !

Pour créer du lien entre grands-parents et petits-enfants, on tenait à profiter de cette jolie fête pour vous présenter notre Grand Minus « Papi, mamie et moi ». Un cahier d’activités à faire ensemble, assis confortablement dans le canapé. « Est-ce que c’était vraiment mieux avant ? », « tu jouais à quoi dans la cour de récré ? », « est-ce qu’il y avait des dinosaures quand tu étais petit ? »… Des tas de questions pour apprendre à connaître ses grands-parents, écouter toutes leurs histoires fascinantes et faire comprendre à votre enfant qu’avant que papi soit papi ou que mamie soit mamie, ils ont d’abord été… des enfants aussi !

Retrouvez-le sur notre site (ici) ou dans l’un de nos points de vente (ici) !

Et en avant-goût, voici quelques pages pré-remplies !

(COUPS DE ♡) ANATOMIE – HÉLÈNE DRUVERT

Pas facile de comprendre ce qu’il se passe dans le corps humain, qu’on soit adulte ou enfant ! Où se situent les sinus ? Quels sont les différents types de muscles ? Peut-on vraiment nommer tous les muscles ?

Chez Minus, on craque complètement pour « Anatomie » d’Hélène Druvert, spécialiste du papier découpé, écrit avec son papa médecin Jean-Claude Druvert. Le résultat ? Un livre magnifique, plein de découpes laser et d’éléments à soulever pour découvrir ensemble le corps dans ses moindres détails.

Aux Éditions de La Martinière
22 euros

(GOODIES) UNE BANDEROLE À IMPRIMER !

Youpi, c’est vendredi ! Et on est sûres que vous trouverez bien une excuse pour faire la fête ce week-end !
Voilà pourquoi on vous a préparé un chouette alphabet à imprimer pour créer vos propres banderoles à messages.

Le dossier à télécharger contient toutes les lettres séparées que vous pourrez imprimer selon vos besoins. Il ne vous restera plus qu’à découper, plier et passer votre ficelle dans le pli !

Pour le télécharger, c’est par ici !

(COUPS DE ♡) COMMENT FÉLICITER VOS ENFANTS POUR STIMULER LEUR SENS DE L’EFFORT ?

Et si on vous disait que vous pouviez augmenter les chances d’épanouissement de vos enfants en changeant de façon très simple la façon dont
vous les félicitez ?

C’est l’objet du travail de Carol Dweck, professeure de psychologie à l’université de Stanford, auquel le magazine en ligne Inc a consacré un article il y a quelques mois. Article qui nous a interpellées ! Nous vous proposons donc ici un petit résumé de l’article (initialement en anglais) dont vous pourrez trouver le lien en bas de page.

Cet article, basé sur deux études toutes deux menées par Carol Dweck, démarre avec les affirmations suivantes :

– Féliciter ses enfants sur leurs aptitudes innées telles que leur intelligence les rend en réalité moins heureux à l’idée d’apprendre et de réussir
– Féliciter ses enfants sur leurs stratégies et les moyens qu’ils ont employés pour résoudre un problème — même s’ils n’y sont pas totalement parvenus — les rend plus désireux d’essayer encore et encore à surmonter des difficultés en tout genre !

Cela voudrait donc dire que tous ces experts qui nous ont répété d’encenser nos enfants quoi qu’il arrive et de leur répéter qu’ils sont les meilleurs avaient tout faux ? Menons l’enquête !

Mais alors sur quoi repose cette étude ? Principalement sur l’opposition entre deux états d’esprit dans lesquels l’enfant est conditionné : le « fixed mindset » et le « growth mindset », littéralement « l’état d’esprit fixe » et « l’état d’esprit croissant ».

L’état d’esprit fixe et l’état d’esprit croissant

Dans le langage de la psychologie du développement, l’état d’esprit fixe désigne la croyance que certaines capacités telles que l’intelligence ou le talent sont quasiment toutes innées. L’individu est soit né avec ces aptitudes, soit ne l’est pas et a de très faibles chances de les développer un jour. Au contraire, l’état d’esprit croissant est basé sur la conviction d’une réussite (on parle ici de réussite intellectuelle, d’accomplissement) grâce à l’effort, et que l’intelligence et les aptitudes peuvent être développées au fil du temps. Si l’on prend l’exemple d’Albert Einstein, une personne avec un état d’esprit fixe dira « Albert Einstein était brillant » alors qu’une personne à l’état d’esprit croissant dira qu’il a réussi à résoudre des problèmes d’une incroyable difficulté.
L’écrivain Angie Aker résume d’ailleurs le travail de Carol Dweck en disant : « Félicitez vos enfants explicitement pour leur capacité à apprendre plutôt que pour leur intelligence naturelle ».

Expérience #1

Pour appuyer ses recherches, Carol Dweck a décidé d’interroger 373 élèves de 5ème afin d’identifier ceux qui faisaient preuve d’un état d’esprit fixe et ceux qui au contraire manifestaient un état d’esprit croissant. Elle, et son équipe, les ont ensuite suivis durant deux ans (depuis le début de la 5ème jusqu’à la fin de la 4ème) afin d’observer les différences entre eux. A la fin de la première année, leurs notes, dit-elle, ont complètement divergé et ont suivi la même courbe jusqu’à la fin de l’expérience. Comme on pouvait s’y attendre, ceux qui montraient un état d’esprit croissant ont réussi à accomplir plus de choses que leurs camarades à l’état d’esprit fixe.

Dweck a ensuite dressé plusieurs différences clé parmi ces deux groupes d’élèves :

• Les buts

Les élèves avec un état d’esprit fixe avaient un seul but en tête « paraître intelligent à tout prix ». Ce qui signifiait ici éviter toute tâche qui aurait pu montrer qu’ils n’étaient pas aussi intelligents que ce qu’ils pensaient.

Les élèves avec un état d’esprit croissants eux, ne se préoccupaient pas vraiment du fait que leurs erreurs soient montrées aux autres ; ils voyaient plutôt cela comme quelque chose d’inévitable et dont il ne fallait pas avoir honte, car leur but était « d’apprendre à tout prix ».

• Les réactions face à l’effort et à l’échec

Les élèves avec un état d’esprit fixe voyaient l’effort et l’échec comme une mauvaise chose, car le seul fait que quelqu’un ait à travailler dur pour quelque chose signifiait qu’elle n’était pas innée chez lui. Les élèves à l’état d’esprit croissant eux, voyaient l’effort comme quelque chose de requis et d’essentiel pour débloquer une compétence.

Dweck ajoute que voir l’effort comme une mauvaise chose « est l’une des pires croyances que l’on puisse avoir ».

• L’ennui et la difficulté

Les élèves avec un état d’esprit fixe se montraient plus à même de se plaindre de l’ennui à l’école. Ils semblaient entrer dans un cycle où ils utilisaient l’ennui comme un prétexte pour ne pas essayer de faire des choses qui leur semblaient difficiles.

Les élèves avec un état d’esprit croissant voyaient les activités scolaires comme une série de défis à relever. Ils étaient également moins enclins à blâmer leurs professeurs, leurs cours ou tout autre facteur externe en cas de difficulté de leur part.

Expérience #2

Nous venons de voir quels pouvaient être les avantages d’un état d’esprit croissant face à un état d’esprit fixe, mais comment faire pour développer cela chez son enfant ? Heureusement pour nous, Carol Dweck a mené une seconde expérience à cet effet.

Elle a divisé un groupe d’enfants de 11 ans en 3 groupes et leur a donné un test d’intelligence plutôt facile mais adapté à leur âge. A la fin du test, elle a félicité chaque groupe d’enfants d’une façon différente.

Le premier groupe, pour leur intelligence innée.
Le deuxième groupe, pour la manière dont ils ont réussi à résoudre le test
Le troisième groupe, d’avoir réussi le test mais sans mentionner leur intelligence ni leur stratégie.

Les résultats ? Les enfants qui ont été félicités pour leur intelligence innée ont développé un état d’esprit fixe, alors que ceux qui ont été félicités pour leurs efforts et la manière dont ils ont résolu les problèmes ont développé un état d’esprit croissant. Dweck a même constaté qu’encenser leur intelligence coupait aux enfants toute envie d’apprendre davantage.

Alors pensons-y, et la prochaine fois au dîner, au lieu de demander à nos enfants comment s’est passée leur journée à l’école, demandons-leur plutôt de partager une situation où ils ont du faire un effort pour accomplir quelque chose… et partagez également une histoire avec eux !

Si vous souhaitez approfondir la lecture, l’article original est disponible ici :
http://www.inc.com/bill-murphy-jr/want-to-raise-successful-kids-science-says-praise-them-like-this-most-parents-do.html

(GOODIES) LE MEMORY GAME DE LA ST VALENTIN !

Ah, la St Valentin… Entre les restaurants gastronomiques, la quête de la babysitter et les écrins à bijoux, les enfants sont souvent exclus de cette fête d’adultes ! Et pourtant, l’amour est partout, même chez leurs héros préférés.

Pour célébrer la St Valentin en famille, Minus vous a préparé un petit memory game à colorier sur le thème des couples célèbres. Le principe est simple : 16 cartes, 8 couples. Mélangez les cartes et positionnez-les face contre table, de sorte à ce que personne ne puisse identifier les personnages au dos. Chacun votre tour, retournez 2 cartes et mémorisez la position de celles-ci de manière à former des couples. Dès que vous trouvez un couple, conservez les cartes avec vous et rejouez. Le but est de retrouver le plus de couples ! Et si votre enfant ne connaît pas certains couples, on a même pensé à leur attribuer un symbole pour qu’il s’y retrouve un peu !

Et comme il n’y a pas d’âge pour parler d’amour, n’hésitez pas à (re)découvrir notre Petit Minus « À nos amours » sur notre site : ici !



Pour imprimer ces petites cartes :

Si votre imprimante a une fonction recto/verso :

1. Cliquez ici pour télécharger une version recto/verso des cartes
2. Utilisez de préférence un papier plus épais pour que les personnages ne se voient pas par transparence
3. Choisissez l’option « ajuster » si votre imprimante délimite une marge, histoire de garder les proportions et de ne pas couper l’image
4. Découpez en suivant les lignes, proposez à votre enfant de colorier les cartes et tadam !

Si votre imprimante n’a pas de fonction recto/verso :

1. Cliquez ici pour télécharger le recto, et ici pour le verso
2. Choisissez l’option « ajuster » si votre imprimante délimite une marge, histoire de garder les proportions et de ne pas couper l’image
3. Avec un tube de colle ou de la colle en bombe, collez vos deux feuilles dos à dos et attendez qu’elles sèchent
3. Découpez en suivant les lignes, proposez à votre enfant de colorier les cartes et tadam !